Archive pour 17 janvier, 2010

[Film] Mr Nobody – Jaco van Dormael

Mr Nobody - Jaco van Dormael dans Mes films rtwiZPhXh0

Date de sortie : 13 janvier 2010
Réalisé par Jaco van Dormael
Avec Jared Leto, Sarah Polley, Linh Dan Pham
Film français, belge, canadien, britannique.
Genre : Science fiction, fantastique
Durée : 2h17 min
Année de production : 2009
Distribué par Pathé Distribution

synopsis
Février 2092, Nemo Nobody a 120 ans. Il est le doyen et le dernier mortel d’un monde heureux peuplés d’immortels. Il revoit en flashback toutes ses années passées auprès de sa femme Anna… à moins que ce ne soit Elise… ou Jeanne…

Image de prévisualisation YouTube

Mon Avis : Je suis allé le voir hier après-midi avec ma belle soeur que j’ai converti a la Jajamania. J’étais un peu stresser car ca fait longtemps que j’attendais ce film et j’avais un peu peur d’être déçue, surtout qu’il n’a pas eu que de bonnes critiques

Déjà ça m’a fait bizarre car on était même pas une 15 aine dans la salle, mais a y réfléchir y’avait pas énormément de queue au guichet non plus, la première séance de l’après midi dans ce cinéma doit pas être très prisée

Donc j’ai beaucoup aimé ce film, je n’ai pas été déçue bien au contraire , c’est un film plein de poésie, un voyage au coeur de l’imagination.
Au début le passage continuel qu’une époque a l’autre, d’une vie a l’autre est assez déconcertant mais au final on se prend vite au jeu et même si on a constamment en tête cette question  » ou est le vrai du faux ?  » on explore l’univers des possibilités de la vie de Nemo avec curiosité et plaisir.

Aller franchement qui ne s’est pas déjà posé la question de savoir ce qui se serai passer s’il avait fait un choix différent. C’est le thème de ce film a chaque choix une nouvelle vie , un nouveau Nemo qui est a la fois différent et pourtant semblable puisqu’il s’agit du même petit garçon de 8 ans sur le quai d’une gare de 8 ans soumis au choix difficile et douloureusement irrémédiable : partir avec sa mère ou rester avec son père.

J’ai trouvé les acteurs très juste très touchants, que ce soit Jared qui a su marqué les différences de Nemo sans que on pense que c’était pas le même personnage, Sarah Polley qui est bouleversante dans sa détresse ou encore Diane Kruger en amoureuse indéfectible

j’ai été touché par les personnages, par la détresse D’Élise, par la déchirure de la séparation D’anna et Nemo, par le Nemo qui est blasé et insatisfait dans la vie qu’il a pourtant construite avec Jeanne

3 femmes mais 3 histoires ( et plus)différente,Anna l’amour vrai, partagé, unique et inconditionnel même sépare ils espère et attendent de se retrouver , et qqch semble toujours les ramener l’un a l’autre
Elise que Nemo aime et pour qui il est prêt a tout sacrifié même s’il n’est pas payé en retour. j’ai été particulièrement émue par ma scène ou élise dis a Nemo qu’elle amoureux de ce mec qui n’a pas voulu d’elle. J’ai eu mal pour Nemo
Jeanne le choix par défaut, par dépit dont il n’ai pas amoureux mais qui elle l’aime. Il semble avoir une femme les deux enfant qu’il a voulu, la belle maison avec piscine mais au fond il est vide et malheureuxj’ai lu si et la dans diverses critiques que les scènes se succèdent trop vite, qu’on arrive pas a capter l’émotion, que c’est trop coloré , trop clichéje ne suis pas d’accord et je me demande si ceux qui ont écrit ça ont compris le filmd’abord au niveau de l’émotion ben mince on passe pas 1 million d’émotions, l’amour le désespoir, la peur, la détresseet sinon ben faut bien comprendre qu’on est dans la tête d’un gamin de 8 ans , il est tout jeune encore donc c’est normal que ça soit coloré, et cliché et faut bien ce dire que tout ça se passe dans sa tête sur le quai de la gare quand il doit décider si il reste ou part, c’est normal que ça aille vite que ça se bouscule il n’a que qq seconde, tout ça se passe en qq fractions de secondes

La scène avec les enfant qui ne sont pas encore née , m’a rappelé un film que j’ai vu il y a très longtemps : L’oiseau bleu, où on voit les enfants a naître dans un endroit similaire je ne serais pas étonnée que cette scène soi inspiré de ce film ou du conte dont est tiré le film.

Bref ce film est à la fois poétique et magique

qd même pour émettre une petite critique négative , quoique pas vraiment négatif, j’ai trouvé que Jaco a un peu abusé du flou, bien sur je comprends le procédé et le pourquoi, après tout on est dans de l’imaginaire, de l’hypothétique , mais visuellement c’est un peu fatiguant on a sans cesse l’impression d’avoir les yeux qui merdent. Et je me suis demandée qu’est ce qui s’est passé pour que le père se retrouve en fauteuil

Enfin c’est un film à revoir plusieurs fois pour vient tout intégrer

4etoiles

LE FIL D'OR de Sylvian... |
Artigo |
PARKIN'SONG |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | les oeuvres de titi
| letouraboisdeluc
| Saisonillusion